Aller au contenu principal

VALIDATION des ACQUIS VAE – VES

La Validation des Acquis d'Expérience (VAE) consiste à faire reconnaître officiellement les connaissances et les compétences acquises par l’activité professionnelle et extra-professionnelle. L’objectif de cette procédure est de délivrer un diplôme dans sa totalité ou partiellement. En cas de validation partielle, le jury VAE peut délivrer une ou plusieurs parties du diplôme visé, attestant de l’acquisition d’un ou plusieurs blocs de compétences (Décret n° 2019-1119 du 31 octobre 2019).

Dernière actualité : Les 20 ans de la VAE 

Article à télécharger

 

 

VAE Licences et Masters

L’accueil se fait tout au long de l’année par le service de Formation Continue et VAE de la Faculté d’Orsay. Cependant, la campagne de candidature pour une VAE avec diplomation en juin 2024 se déroulera jusqu’au 30/10/2023.

  • Nous étudions votre demande de diplôme – à partir de notre offre de formation - et nous vous conseillons dans votre projet sur la base des éléments suivants : fiche contact, CV et lettre de motivation. Ces documents sont à transmettre à vae.sciences@universite-paris-saclay.fr
  • Nous vous conseillons dans les financements à mobiliser pour financer votre VAE.
  • Nous vous proposons un accompagnement VAE avec un format sur 1 année universitaire : 3 ateliers d’accompagnement méthodologique déployés sur 6 mois - soit 15 heures en présentiel -  un accompagnement disciplinaire tout au long du parcours - soit 9 heures en format hybride - et un entretien avec le jury en fin d’année universitaire.

Des documents à consulter :

- La procédure VAE (hors doctorat) à télécharger

- Le programme d’accompagnement VAE à télécharger

 

Procédure VAE Schématisée

VAE Doctorat

Pour la VAE Doctorat, après étude de votre demande, une procédure spéciale dictée par le collège doctoral de l’Université Paris-Saclay, en lien avec l’École Doctorale du diplôme choisi, est mise en place.

  • Accueil, information, orientation : Notre Service peut vous conseiller sur le choix de l’École doctorale sur la base des documents suivants à télécharger et nous transmettre votre CV détaillé, une lettre de motivation argumentant votre demande et la Fiche contact complétée.
  • La recevabilité administrative : Le dossier de recevabilité (voir procédure VAE Doctorat) doit être transmis au service FC & VAE qui vérifie la complétude des pièces avant de le transmettre au directeur de l’école doctorale.
  • La recevabilité pédagogique : Le directeur de l’école doctorale étudie le dossier et rédige l’avis de recevabilité qui sera transmis au candidat par le service VAE. Cet avis peut être favorable ou défavorable. Dans ce dernier cas, la procédure VAE s’arrête.
  • La contractualisation administrative : Si l’avis est favorable, le pôle VAE établit un contrat VAE qui formalise le financement et le coût de la procédure.
  • La rédaction du dossier VAE : Le candidat doit rédiger un dossier à présenter et soutenir lors d’un entretien avec le jury. Le dossier sera constitué de 2 éléments : L’expérience professionnelle de recherche et les travaux scientifiques originaux.
  • L’accompagnement à l’élaboration du dossier VAE . L’accompagnement sera effectué par un accompagnateur VAE, dit référent, titulaire d’une HDR, membre de l’ED et désigné par le directeur de l’école doctorale, assurera l’accompagnement méthodologique (environ 24 heures sur une durée d’1 an maximum) et un accompagnateur administratif assuré par notre pôle VAE.
  • Le jury VAE : Le jury VAE comprend 6 à 8 membres et la composition doit satisfaire aux exigences du jury VAE et à celle du jury de Doctorat. La soutenance est publique, sauf dérogation accordée à titre exceptionnel si les travaux de recherche du candidat présentent un caractère confidentiel. Un rapport de soutenance est signé par les membres du jury et ce rapport doit faire l’objet d’un dépôt légal afin permettre l’attestation d’obtention du doctorat.

Procédure VAE doctorat schématisée

La VES ou Validation des Études Supérieures


Ce dispositif permet l’obtention de tout ou partie d’un diplôme de l’enseignement supérieur, par reconnaissance de ses études suivies en France ou à l’étranger. Par exemple, vous avez obtenu un diplôme à l’étranger, qui n’est pas reconnu en France, mais dont les enseignements sont identiques.

Ainsi, le jury va prendre en compte vos formations :

    - Accomplies en France ou à l’étranger,

    - Suivies dans un établissement ou un organisme de formation du secteur public ou privé,

    - Sans condition de modalités ni de durée, mais sanctionnées par un contrôle de connaissances.

Plaquette VES à télécharger

 

La procédure VES

  • Etude recevabilité par le service FC : fiche contact, CV, lettre de motivation
  • Constitution du dossier VES par le candidat, à télécharger sur le site de l’Université Paris-Saclay. Transmission du dossier complet à : vae.sciences@universite-paris-saclay.fr
  • Contractualisation et acquittement des frais de VES à réception de la facture
  • Étude du dossier par la commission pédagogique VES
  • Validation et diplomation si avis positif de la commission VES.

Procédure VES schématisée

 

Notre service vous accompagne dans la recherche de financement et dans le montage de votre dossier financier.

  • Afin d'identifier les financements possibles pour votre VAE, nous vous invitons à consulter ou télécharger notre document de synthèse Dispositifs Financements VAE.

  • Afin de connaître les tarifs de la VAE et de la VES, nous vous invitons à consulter ou télécharger notre document Grille tarifaire VAE - VES.

 

Témoignages Alumni

 

 Jérémie CALAIS - Docteur ‘s Sciences, décembre 2023, ED Electrical, Optical, Bio-Physics and Engineering de l’université PARIS SACLAY par la voie de la VAE.

 

Merci d’avoir accepté de partager votre expérience aujourd’hui avec le service de la formation continue de la Faculté des Sciences d’Orsay.

Vous venez d’obtenir votre doctorat en Sciences  au sein de l’Ecole doctorale Electrical, Optical, Bio-Physics and Engineering (EOBE) de l’université PARIS SACLAY et ce, par la voie de la validation des acquis de l’expérience.

Quelle est votre activité professionnelle à ce jour ?

Je m’appelle Jérémie Calais, j’ai 38 ans, je suis médecin chercheur spécialisé en médecine nucléaire et oncologie. Je travaille à Los Angeles où je dirige un programme de recherche clinique à l’Université de Californie de Los Angeles (UCLA) depuis 2016.

Quel a été votre parcours professionnel ?

J’ai d’abord terminé ma formation de médecin nucléaire (internat-assistanat-clinicat) et j’ai aussi un peu exercé comme praticien dans des centres privés, puis j’ai rejoint UCLA en 2016 pour y faire de la recherche translationnelle et clinique. Ma thématique de recherche concerne la théranostique : l’utilisation combinée d’agents radiopharmaceutiques de thérapie et d’imagerie ayant la même cible moléculaire. J’enseigne également à l’université dans ma discipline en qualité de professeur associé.

Quel a été votre cheminement qui vous a conduit à faire valider votre expérience ?

Une carrière académique de médecin chercheur aux US ne nécessite pas forcément d’obtenir un PhD. C’est une différence majeure avec le système Français. En France, un médecin qui souhaite se diriger vers la recherche scientifique et l’enseignement académique dans le supérieur, doit se destiner au doctorat ‘S sciences, puis obtenir l’habilitation à diriger des recherches (HDR). Aux USA, j’ai pu gravir les échelons sans ces prérequis. Cela fait plusieurs années que je travaille en tant qu’investigateur principal de nombreuses études de recherche et que je manage une équipe de recherche de plus de 10 personnes.

Le réseau professionnel est à l’origine de mon projet. Une médecin-chercheur française, travaillant dans la même discipline à New York et préparant son retour en France m’a pour la première fois parlé de la procédure doctorat par VAE. Elle m’invitait à faire partie de son jury de thèse (ce qui n’est pas arrivé vu que je n’avais pas les diplômes français requis). Par la suite, je me suis renseigné auprès de mes contacts académiques français afin de savoir si je pouvais obtenir le doctorat par VAE. J’ai reçu des avis très favorables quant à la qualification pour la thèse par VAE des travaux de recherche que je réalise à UCLA. J’étais en mesure de faire reconnaitre mon expérience professionnelle américaine par le système français.

Je n’ai pas de projet de retour en France à court ou moyen terme. Mais il n’est pas impossible que je sois amené à revenir en France un jour. Dans ce cas, le PhD me sera nécessaire si je veux postuler à des postes académiques. Je réalise ma VAE de niveau doctorat par sécurité… au cas-où.

Comment avez-vous connu la VAE de niveau doctorat ?

C’est par le «bouche à oreille » que j’ai appris que le Doctorat pouvait s’obtenir par le biais de la VAE. La procédure n’est pas connue. Il m’a fallu entreprendre un travail de recherche et de communication afin de construire mon dossier de candidature. La démarche VAE de niveau doctorat commence bien avant de s’inscrire en réalité. Contacter son réseau professionnel en France, se renseigner sur l’Ecole doctorale à cibler, établir le contact avec le responsable de l’école doctorale afin de construire le projet et s’assurer de sa faisabilité.  

Clairement, la Validation des Acquis de l’Expérience de niveau Doctorat gagnerait à être davantage présentée et connue, en tout cas aux médecins-chercheurs n’ayant pas de PhD. Car je pense que la VAE est une vraie sécurité pour un médecin chercheur allant exercer à l’étranger, de pouvoir revenir en France sans perdre le bénéfice de son expérience passée à l’étranger.

Avez-vous rencontré des difficultés durant votre démarche VAE ?

Avant même de candidater, j’avais en main l’une des clefs pour réussir ma VAE et obtenir un avis favorable de la part de l’Ecole doctorale : j’avais obtenu un avis informel favorable de la personne qui deviendrait mon directeur de thèse et qui pouvait m’introduire auprès de son école doctorale affiliée, déjà ciblée au regard de mon expertise et thématique de recherche.

Il est clair que sans ce contact, obtenir une autorisation d’inscription en doctorat par la voie de la VAE aurait pris beaucoup plus de temps : j’aurais dû aller à la pêche, toquer à la porte des universités et de différentes écoles doctorales à l’aveugle.

La rédaction du dossier de candidature a constitué un gros travail de synthèse, mais le format du document de recevabilité est clair et donne un plan de travail établi. Par contre, l’inscription sur la plateforme dématérialisée des candidatures au doctorat est plus complexe, ou moins claire, probablement parce que non adaptée aux profils des candidats à la VAE. Il est clair que la procédure gagnerait en clarté si celle-ci était explicitée « step-by-step » : information – candidature – inscription à l’ED – rédaction du mémoire ­ désignation du jury – soutenance – diplomation et attestation de réussite etc … C’est en cela que l’accompagnement méthodologique peut nous permettre de gagner du temps.

En ce qui concerne l’écriture du manuscrit, ce n’est pas le plus difficile. En principe, les travaux sont déjà faits, déjà publiés. Bien sûr, les sections d’introduction, discussion et de transitions restent à rédiger et la formalisation du document final prend tout de même du temps.

Si l’on considère le temps de préparation en amont de ma candidature, le temps que j’ai consacré à la réalisation de la VAE est partagé à 60% dans la préparation de mon projet et rédaction des dossiers de candidature, et à 40% pour la rédaction du mémoire. Il aura fallu environ 18 mois au total pour clôturer complètement l’exercice.

Si vous deviez conseiller un futur candidat dans sa démarche de VAE-DOCTORAT, que lui diriez-vous ?

Normalement, une personne considérant cette démarche a déjà réalisé des travaux de recherche qualifiant pour un doctorat de sciences. Le travail est donc de constituer le dossier de candidature et de convertir les travaux réalisés au format de thèse. Je pense qu’il n’y a pas de raison de ne pas le faire. La quantité de travail est non négligeable mais tout à fait absorbable pour quelqu’un qui a arrivé à ce niveau de qualification. Il est préférable de compter 18 à 24 mois permet d’aller à son rythme sans se mettre dans le rouge avec d’autres obligations professionnelles. Enfin Il me parait important d’établir le contact au sein d’une école doctorale afin de faciliter le processus d’accès.

  Jaime Ernesto RIVERA HERRERA, VAE Diplôme Universitaire de Musicien Intervenant, 2023

  A ce jour, Assistant Territorial d'Enseignement Artistique au Conservatoire des Portes de L'Essonne à Athis-Mons.

Musicien de formation classique, je trouve ma vocation en transmettant mes connaissances au plus grand nombre, en ayant pour conviction la démocratisation culturelle.
Après mon parcours classique j’ai découvert le métier de musicien intervenant et j’ai été séduit d’emblée. C’est pourquoi j’ai pris la décision, après ma première année d’exercice, de faire valoir mes expériences dans le but d’une concrétisation personnelle et professionnelle. Étant en poste depuis 3 ans, il m’a paru essentiel de valider cette expérience par un diplôme universitaire.
Tout le processus de validation des acquis : ateliers méthodologiques avec le soutien de l’équipe VAE de l’Université Paris Saclay, cours et visites avec la promotion 36 et l’accompagnement de la direction et formateurs.ices du Centre de Formation des Musiciens Intervenants m’ont permis d’acquérir des nouvelles compétences méthodologiques. Ce travail me donne les outils pour évoluer personnellement et professionnellement.
De plus, la VAE est une réelle introspection. Il m’a fallu prendre du recul et me questionner dans ma pratique professionnelle afin de mener à terme cet exercice universitaire. Plus encore, cette expérience ne sera que bénéfique à l’égard de l’évolution de ma carrière et ce sur le long terme. En effet, j’envisage de passer le concours de la fonction publique territoriale.

    Karine PARAIN,   VAE-MASTER Biologie-Santé,
                spécialité Gene, Cell & Development, 2023


     A ce jour, Ingénieure d’Études au CNRS à l’Institut des Neurosciences (NeuroPSI)

Suite à l’obtention d’un Diplôme d’Études Universitaires Scientifiques et Techniques (DEUST) de Biotechnologies (Bac+2) en 1998, j’ai commencé à travailler en tant que technicienne tout d’abord à l’INSERM jusqu’en 2005, puis au CNRS jusqu’à ce jour. J’ai évolué dans mes fonctions ce qui m’a permis de passer Assistante-Ingénieure en 2011, puis Ingénieure d’Études en 2017 (par la voie des concours internes). S’est alors posé la question de savoir si je souhaitais continuer à progresser dans ma carrière ou non, sachant que le niveau de mon diplôme initial constituait un blocage. Après quelques années de réflexion, j’ai décidé d’entreprendre une démarche de VAE afin de valider un Master. Mon objectif était de faire reconnaitre les compétences acquises au fil des ans afin de me permettre de continuer à évoluer au niveau professionnel.
Cependant, je me suis rendue compte assez vite que la démarche de VAE allait plus loin. La rédaction du dossier m’a permis de faire un bilan en profondeur de mes 25 années de carrière et de prendre du recul à la fois sur mon parcours professionnel, mais aussi sur mon évolution personnelle. J’ai apprécié les échanges que j’ai pu avoir avec le personnel de la formation permanente qui nous accompagne tout au long du parcours de la VAE, et également avec les membres du jury final. Cela m’a permis d’avoir un regard extérieur sur mon travail et mes capacités. Puis l’aboutissement du projet arrive, avec l’obtention du diplôme tant souhaité (rêvé) et la reconnaissance officielle des compétences acquises à force d’investissement et de travail.
Quel conseil pourrais-je vous donner ? La VAE est une année riche en questionnement et en doute mais on en ressort grandi et fier du parcours réalisé. C’est une démarche qui nécessite un travail personnel important ainsi que du temps à accorder à la rédaction du dossier. Mais la récompense est au bout du chemin, à la fois concrète, avec la validation d’un diplôme, mais aussi personnelle d’avoir réussi à prouver notre valeur à un jury d’expert.

 

ASTRID SABOURIN-ORCESI, VAE-DOCTORAT ED STIC, 2023

A ce jour, Ingénieure-chercheuse au Laboratoire de Vision et d’Apprentissage du CEA List

 Suite à l'obtention de mon diplôme d'ingénieur, je ne souhaite pas poursuivre en thèse et préfère prendre part à des projets en équipe plus applicatifs tout en ayant un fort attrait pour l'innovation que propose le monde de la recherche. J'intègre donc l'équipe de vision par ordinateur du CEA List en CDD en 2015 puis obtient un poste de CDI en 2016. 7 ans plus tard, mon quotidien ressemble parfaitement à celui de mes autres collègues chercheurs sauf qu'il me manque le titre officiel de "Docteur".

Ma hiérarchie m'encourage vivement à me lancer dans une VAE pour valoriser mes années d'expérience et obtenir le grade qui me fera me sentir plus légitime lors d'encadrement de thèse par exemple.

J'ai la chance d'avoir contribué à des projets toujours en lien avec la thématique de l'analyse du comportement humain, mes différentes contributions soulèvent des verrous liés à la même problématique de recherche et me permettent de rédiger un manuscrit avec un fil rouge cohérent. La rédaction du manuscrit est un travail conséquent, j'ai eu la chance que ma hiérarchie me libère du temps de travail pour m'y consacrer. Cette étape nécessite de prendre du recul et de synthétiser plusieurs années de travaux, ce qui n'est pas chose aisée. La soutenance est ensuite plus simple à préparer. Et enfin, quelle fierté au moment de l'annonce du jury, "je l'ai fait !".

Merci au service VAE de l'Université Paris-Saclay et à l'école doctorale ED Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication de m'avoir soutenue dans ma démarche, Merci au CEA List de m'avoir donné les moyens de réaliser une VAE et Merci également à mon chef et mes collègues, devenus coachs tout au long de ma préparation !

 

MARCO AGNAN, ODYSSEUS SPACE LUX, VAE-DOCTORAT ED A2IdF 2022

A ce jour, Manager R&D, Co-Fondateur - ODYSSEUS Space Lux 

Après mon master, j'ai effectué 2 ans dans la recherche publique avant de créer mon entreprise qui évolue dans le domaine aérospatial. Après un total de 8 ans d'activité en tant que responsable technique de projets spatiaux, de nouvelles instrumentations, de recherche et développements de nouvelles technologies spatiales, j'ai décidé de valoriser cette expérience de recherche par la voie de la VAE doctorale.

Au-delà du travail personnel auquel je m'attendais (rédactionnel et administratif), il a fallu prendre beaucoup de mon temps, mais aussi celui de l'école doctorale et du service de formation continue, afin d'identifier et d'appliquer les différences entre une thèse classique et une en VAE.

L'accueil au sein de l'unité de recherche LATMOS afin de parfaire mon manuscrit fut très enrichissant. Le jury ou les discussions sur mes différents travaux avec des acteurs du monde académique ont pu me donner une perspective intéressante sur le contexte de mes recherches.

De manière générale, je recommande à tous ceux qui sont intéressés par une thèse en VAE de se renseigner au plus tôt sur la démarche à partir du Vademecum VAE doctorale, le contenu RNCP d'un doctorat, les exigences de l'école doctorale la plus proche de son domaine de recherche, et de commencer à organiser et écrire une première version de manuscrit le plus vite possible, et bien entendu de contacter le service de formation continue.

Je remercie Mustapha Meftah et pour son accompagnement et le LATMOS pour leur accueil durant cette démarche, ainsi que tous les membres du jury qui ont accepté de participer à cette aventure, le service de formation continue et l'école doctorale astronomie et astrophysique d'Ile-de-France, qui ont pu me guider du début jusqu'à la fin de cette aventure.
 

Chloé BEAL, DANONE, VAE-MASTER 2022
A ce jour, Technicienne de recherche Sénior

Cette année, après 25 années de carrière, j’ai décidé de faire reconnaitre officiellement mes connaissances. C’est pourquoi j’ai décidé de m’engager dans une démarche VAE. J’ai eu la chance et l’opportunité de pouvoir me développer dans différents domaines et d’occuper des postes avec différents degrés d’autonomie et d’expertise.

Le Master en Microbiologie et Génie Biologique est la suite logique de ma licence professionnelle en Biotechnologies (spécialité Génies Biologiques, Génétique, Microbiologie, Biologie Cellulaire et Moléculaire) et s’inscrit entièrement dans mon parcours professionnel.

Les ateliers méthodologiques, animés par Claire et Solange, sont de vrais « boosters ». Elles nous ont donné de nombreux conseils et cela avec beaucoup de bienveillance.

La rédaction du dossier et la préparation de la présentation m’ont demandé pas mal de travail en fin de journée et le week-end... Une année mise entre parenthèses...

Mais quelle satisfaction personnelle que d’obtenir ce diplôme. Mes expériences et mes compétences scientifiques sont officiellement reconnues par le monde « universitaire ».

Un grand merci à toute l’équipe VAE Master MGB et tout particulièrement à ma tutrice Céline.

Maintenant je n’ai plus qu’à savourer. 

Stéphanie Cools-Portier, DANONE, VAE-MASTER 2020
A ce jour, Expert microbiota technician

J’ai souhaité m’engager dans une démarche de VAE à la suite d’une longue réflexion personnelle et de discussions régulières avec mes managers. Cette démarche s’inscrivait dans le cadre de mon développement professionnel de par mon niveau d'expérience (20 ans d'expérience), et d’autre part mon souhait d'évoluer sans cesse scientifiquement. A plusieurs titres, une VAE répondait à mes ambitions de développement sur plusieurs plans : au niveau de mon poste actuel pour prendre du recul sur mon expérience professionnelle et mettre en adéquation mes compétences avec un diplôme ; ainsi qu’au niveau de mon évolution de carrière long terme.

Le MASTER de la Faculté des sciences d’Orsay en Microbiologie & Génie génétique répondait à la suite logique de mon cursus universitaire, et aux différentes thématiques de mon expérience professionnelle passée, et actuelle.

Cette VAE a été riche en enseignements et en interactions avec mes collègues (et hiérarchiques) qui m’ont soutenue dans cette démarche (dans la rédaction du dossier de validation et la préparation de mon oral). L’accompagnement du service de la VAE (ateliers) et d’un tuteur dédié (Enseignant encadrant du diplôme visé) m’a apporté aussi une grande aide (écoute bienveillante face à nos difficultés, structuration du rapport, répétitions pour l’oral, etc.).

La prise de recul (« prise de conscience ») vis-à-vis de mon parcours professionnel m’a permis d'asseoir ma légitimité dans mon poste aujourd’hui, et de mieux définir mon évolution de carrière. Entamer cette démarche de VAE n’est pas facile. Elle demande une grande motivation personnelle, de l’organisation, un grand investissement, mais le moment où l’on apprend la décision positive du jury est absolument magique.

Emeline Cherchame, ANSES, VAE-MASTER 2019
A ce jour, Ingénieure bioinformatique à l'Institut du Cerveau

  J'ai entamé ma démarche VAE après plusieurs années de réflexion. Parmi les différents Master de la région parisienne, c'est le Master MGB de l'université Paris sud qui correspondait le mieux à mon parcours professionnel. Tout au long de ma démarche VAE j'ai eu des moments de doutes, mais le soutien de mon entourage et l'encadrement de l'Université m'ont permis d'aller au bout de ma démarche.

Maman de deux jeunes enfants, il a fallu se réorganiser à la maison, la VAE demande de longues heures de travail personnel, mais le jeu en vaut largement la chandelle ! C'est une expérience formidable, très enrichissante tant professionnellement que personnellement.

La VAE m'a permis de faire un bilan constructif de mes compétences et d'améliorer ma confiance en soi. L'obtention de la validation totale du Master est une reconnaissance très importante pour moi.

Aujourd'hui, cela me permet de m'affirmer avec légitimité. 

Margareth Renault, INRAE, VAE-MASTER 2018
A ce jour, Assistante Ingénieur de recherche

  J’ai décidé de m’engager dans une démarche VAE en 2016 suite à un bilan de compétence. Ce bilan avait conclu qu’après 20 années passées à l’INRA, je souhaitais poursuivre mon activité dans ce domaine professionnel mais que j’avais un besoin d’évolution de carrière. Pour répondre à ce besoin, le plan d’action était d’entamer une démarche de validation des acquis de l’expérience. Le bilan de compétence m’a également été très utile pour choisir le diplôme (master Biologie et Santé spécialité Microbiologie et Génie Biologique) qui était le plus en adéquation avec mes compétences professionnelles.

Pour moi, la VAE est un processus constitué d’une succession d’étapes toutes indispensables et incontournables :

-tout d’abord, la décision « d’y aller ou pas ? », cette étape est très importante car l’investissement et la motivation doivent être là ! tout au long de la démarche

-le choix crucial du « bon » diplôme en adéquation avec ses compétences (utiliser les fiches RNCP, Répertoire National des Certifications Professionnelles)

-le financement de sa démarche

-l’inventaire, le tri et la hiérarchisation de toutes ses compétences (savoirs, savoir-faire et savoir être)

-le début de la rédaction du rapport et l’impression qu’on avance …

-les innombrables et riches échanges avec l’équipe du pôle VAE d’Orsay, avec le(s) responsable(s) du master et avec son enseignant référent

-les doutes et l’impression qu’on n’y arrivera pas …

-le dépôt du rapport écrit avec toutes les preuves que nos compétences répondent aux attentes du diplôme choisi

-et enfin l’entretien oral tellement stressant mais au combien enrichissant. C’est un réel échange avec les membres d’un jury constitué rien que pour vous !

La VAE est une expérience unique qui nécessite un investissement énorme et une motivation tout aussi énorme ! mais personnellement cette VAE m’a permis de faire un bilan de carrière très approfondi, de mieux me connaitre, de rencontrer des personnes d’horizons variés, de prendre du recul sur mon activité professionnelle et enfin de réfléchir à mon évolution de carrière.

Cette aventure VAE m’a fait évoluer professionnellement et personnellement. J’ai d’ailleurs réussi cette année en 2018 un concours de promotion en interne et je pense que tout le travail fourni pendant cette année VAE m’a beaucoup apporté dans la réussite à ce concours.

Je profite de ces quelques mots pour remercier toutes les personnes que j’ai côtoyées lors de cette année si particulière !         J’y suis arrivée alors pourquoi pas vous ?